Read Le jour d'avant by Sorj Chalandon Online

le-jour-d-avant

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes....

Title : Le jour d'avant
Author :
Rating :
ISBN : 9782246813804
Format Type : Paperback
Number of Pages : 336 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

Le jour d'avant Reviews

  • Céline - Tasse de culture
    2018-12-08 20:10

    Mon premier Sorj Chalandon. Un roman qui m'a tour à tour émue, révoltée, surprise.

  • Clarabel
    2018-11-20 20:14

    Totalement prise au dépourvu ! Un roman déconcertant, et néanmoins très bon.http://blogclarabel.canalblog.com/arc...

  • Nathalie Vanhauwaert
    2018-11-25 22:52

    Livre coup de coeur. Livre coup de poing. Livre coup de gueule, cri de rage.Rage que Sorj Chalandon a en lui depuis très longtemps. Il est jeune journaliste à "Libération" lorsque le 27 décembre 1974 éclate la catastrophe minière de Lens-Liévin. 42 mineurs y trouvent injustement la mort.Non ce n'est pas la fatalité, cela aurait pu être évité. Non, ce n'est pas normal pour un mineur de finir ainsi au fond du trou. Non, ces travailleurs et la profession n'ont pas reçu l'hommage et la reconnaissance nationale qu'ils auraient dû avoir.Alors resté tapie au fond de lui, cette colère gronde et pour la première fois l'auteur nous livre un récit qui sort de l'autobiographie.Comment nous parler de ce drame ? En créant le personnage de Michel Flavent, le frère du mineur. Michel et son frère Jojo sont des enfants de paysans et le Nord c'est aussi cela le combat entre la terre du dessus (les paysans) et la terre du dessous (les mines). Leur père espère qu'ils reprendront l'activité agricole mais au village, au bistrot en particulier il y a les "rabatteurs", qui dénigrent la profession liée à la terre et font miroiter que la mine, elle, chauffe les foyers, bitume les routes, apporte la richesse à la nation, les mineurs de la mine sont utiles... et ils enrôlent les jeunes.Jojo a 20 ans lorsqu'il devient mineur, il devient la fierté de son frère Michel qui il faut bien l'avouer sans cet accident l'aurait suivi dans le fond.Le 27/12/1974 cela faisait cinq jours que l'on n'était plus descendu dans la mine, on aurait pu éviter cette tragédie mais au nom de la rentabilité et des économies, on n'avait pas pris les mesures de sécurité de base nécessaires : pas d'arrosage du fond, pas de dégrisoutage, de ventilation correcte, à quoi bon, le filon était en fin d'exploitation...Michel ne se remettra pas de la catastrophe et de la mort de Jojo et de son père. Il vouera à la mine et au mineur une ferveur, une dévotion mais aussi une grande envie de vengeance. Il retournera au pays quarante ans après la catastrophe...Michel à travers la plume de Chalandon nous réservera quelques surprises : trahison, mensonges, besoin de vérité, de vengeance...Un récit captivant, bouleversant. un roman truffé de fausses pistes, de rebondissements. Un personnage trouble celui de Michel qui fait de son drame personnel le procès de la mine.L'écriture de Chalandon est comme toujours percutante. Des phrases courtes allant droit au but, à l'essentiel. C'est bouleversant, touchant. Il cerne comme toujours ses protagonistes avec beaucoup de psychologie. La plume est tout en justesse, magnifique remplie d'une belle humanité.C'est pour moi un incontournable de la rentrée.Un gros coup de coeur. ♥Les jolies phrasesUn mineur aujourd'hui, c'est un mécanicien, a répondu l'aîné. C'est Germinal robotisé, a rigolé son copain en nous ouvrant la porte.Elle se gavait d'hommes la mine. Elle avait faim de nous. Jamais elle ne nous laisserait en repos.Eux fouillaient la terre pour éclairer le pays, chauffer les familles, produire le ciment, le béton, goudronner nos routes. Ne fais jamais d'enfant, Michel. S'il te plaît. C'est trop de souffrances.Blessé, c'est un mot triste pour dire qu'il est vivant.Il a commis un crime pour en payer un autre.Au nom du rendement, nous demandions aux hommes de faire plus que ce qu'ils pouvaient.La prison n'est pas une halte, c'est le bout du chemin. Le mur de briques au fond de l'impasse. L'antichambre du sépulcre.Le chef du siège 19, lui , a été condamné à 10 000 francs d'amende et 1 000 francs de dommages et intérêts, versés à trois syndicats. "42 morts = 10 000 francs. Une ligne dans un bilan comptable"Je n'ai pas relu les 42 noms. Je les connaissais depuis ma jeunesse, appris par coeur comme les lettres de l'alphabet. Celui de Jojo n'était pas dans la pierre, rejeté par les Houillères et par la mémoire. Mort trop tard pour être des martyrs. Mort trop loin pour être célébré. Mort entre deux draps pas entre deux veines. Mort en malade de la ville, pas en victime du fond.J'ai raconté son enterrement de rien. Trop tard pour les honneurs, trop seul pour l'Histoire. Inconnu au bataillon des braves. Ni sur les plaques de cuivre, ni dans les coeurs de pierre. J'ai raconté sa veuve, crachée par les vivants. Ma jeunesse sans Jojo. La mort de mon père. Sa fin de paysan. Sa lettre . "Venge-nous de la mine."https://nathavh49.blogspot.be/2017/09...

  • Pikobooks
    2018-11-15 20:57

    C'était une évidence pour ceux qui me connaissent bien : ce livre m'a plu. il m'a même mis une sacrée claque, voire deux claques si je dois respecter sa construction.je n'en dirai pas plus pour l'instant, c'est un livre qu'il faut digérer pour savoir poser les mots.

  • Valou
    2018-11-27 22:17

    Sorj Chalandon est un auteur que j'admire, et dont j'attends avec impatience chaque nouvelle sortie. Ce roman est un véritable coup de cœur, bouleversant hommage aux mineurs de fond, à travers l'histoire de Michel, hanté par la catastrophe minière du 27 décembre 1974, à la fosse 3bis de Lens-Liévin...Un univers minier justement présenté, pour un récit une fois encore très documenté, comme l'auteur sait si bien les écrire.Je ressors de cette lecture sonnée, émue, et tellement admirative devant la force de la plume de Sorj Chalandon.

  • Alexandra
    2018-11-13 23:11

    https://commeparenchantements.wordpre...Il s’agit du premier livre que j’ai lu pour cette nouvelle rentrée littéraire. Et cet article entre également dans le challenge du #RLN2017. Et tout de suite, coup de coeur ! ♥ Il faut dire que c’est un auteur que j’aime énormément et donc forcément, j’attendais ce nouveau roman avec tellement d’impatience ! Et je ne suis absolument pas déçu ! Il a une écriture tellement belle, il a toujours les mots justes. Et en même temps, une écriture poétique. Et ce roman change un petit peu des autres. Le côté historique est parfait !On s’attache vraiment très vite au personnage principal, qui nous parle à nous lecteurs. Il vit une tragédie. il perd son frère dans un accident de mine. Cette histoire m’a donné envie de me renseigner sur cette catastrophe, qui a eu lieu le 27 décembre 1974 à Lievin, et qui a causé la mort de 42 mineurs. Il s’agit donc d’un hommage à ses victimes, aux travers de personnages inventés, et qui pourtant, ont l’air si réels !On suit ce personnage complètement désemparé par tout ce qu’il a vécu, pour au final apprendre quelque chose à laquelle on ne s’attendait absolument pas ! C’est habilement mené ! Et j’aime bien le petit hommage aussi à Steve McQueen et à son personnage de Michael Delaney dans le film Le Mans, sorti en 1971. Cet auteur est vraiment épattant, et je le conseil à tout le monde ! Le Quatrème Mur et Profession du Père sont géniaux !

  • Jostein
    2018-12-04 21:02

    Steve Mc Queen était son hérosSes rêves de Formule 1Se sont perdus dans le cambouisA la terre du paysan, Joseph préfèreLa contribution à la nationLa fraternité de la mineC’est comme ça la vieTrop de sécurité, pas de rendementLe 27 décembre 1974, 42 mineursDe la fosse 3 bis de Saint-AméPerdent la vie.Joseph les rejoint au trouAprès 26 jours d’hôpital.La mine nous tuera tousVenge-nous de la mineSont les derniers mots du pèreau seul fils qu’il lui resteTrop jeune, Michel fuit la régionmais se recueille en son mausoléeAttendre que tous soient rangésAu cimetière pour retourner à Saint-VaastSi l’assassin est le grisouLe contremaître est responsableDe la mort de ceux qui ne sont plusQue le numéro de leur taillette.Jamais trop tard pour affronter ses démonsMichel remonte du fond pour lancerLe grand procès de la mineNous sommes tous des victimes de la mineMais seuls ceux du pays peuvent le comprendreEmotion à fleur de mots, fraternité, compassion, réalisme, coup de théâtre, Le jour d’avant aurait largement mérité quelques citations lors des sélections de Prix Littéraires.Je lui décerne le prix de ma meilleure lecture de cette rentrée littéraire.

  • Brize Deslandes
    2018-12-05 22:51

    Quarante ans après la catastrophe de Liévin, dans laquelle son frère Joseph a trouvé la mort, Michel est toujours hanté par le drame. Il avait 16 ans alors, admirait son frère plus que tout au monde et comptait bien le rejoindre à la mine. Mais l’accident, qui a coûté la vie à 42 mineurs, en a décidé autrement. Depuis, Michel a vécu, s’est marié. Avec lui, sa femme Cécile a dû épouser son obsession, accepter qu’il transforme le box de leur cave en un mausolée dédié à son frère. Mais Cécile vient de s’éteindre. Et maintenant qu’il est seul, Michel juge qu’il est temps de donner libre cours à sa vengeance. Elle s’exercera sur celui qu’il estime responsable du désastre : Lucien Dravelle, à l’époque contremaître …Avec « Le jour d’avant« , Sorj Chalandon rend un hommage passionné et passionnant aux victimes de Liévin et, avec elles, à tous ceux qui sont morts par et pour la mine, de manière flagrante ou plus insidieuse, car la mine tuait aussi à petit feu en s’attaquant aux poumons. Ce thème ne pouvait qu’intéresser une petite-fille de mineur comme moi (la mine où travaillait mon grand-père se situait non loin de Liévin), qui se souvient des corons où elle rendait visite à sa famille restée là-bas (mon père, qui avait quitté sa région d’origine, se mettait à parler ch’ti à peine étions-nous arrivés, ça m’impressionnait toujours !).Le récit s’ouvre sur l’évocation de Jojo, le frère tant regretté dont Michel n’a jamais surmonté la disparition traumatisante. On se dit qu’il lui en a fallu du temps, à Michel, pour se décider à le venger, mais c’est vrai qu’il y avait Cécile et il ne pouvait risquer de compromettre leur vie à tous les deux. On se dit aussi qu’il doit être bien vieux, le Lucien Dravelle, mais on suit les pas de Michel parti à sa recherche. Et Sorj Chalanton, avec le talent qu’on lui connaît, nous embarque dans une histoire qui a eu l’art de me captiver. Puis, au moment où je m’y attendais le moins, celui où la tension diminuait et où je me demandais ce qu’il allait pouvoir me raconter, tout a basculé …Prenant et surprenant, « Le jour d’avant » ne m’a pas déçue (ce qui avait été le cas avec « Profession du père« , alors que j’avais beaucoup aimé « Retour à Killybegs« ).

  • Granny Sebestyen
    2018-11-18 02:53

    Bonjour les lecteurs ATTENTION ... énorme COUP DE COEUR !!!!!On a déjà beaucoup écrit sur ce livre, que rajouter de plus ? Si vous ne l'avez pas encore lu .. hâtez-vous de l'ajouter à votre Pal ou de le demander en cadeau de Noël !!!Mon billet sera volontairement bref, ceci pour en dévoiler le moins possible.. juste pour vous donner envie de vous précipiter dessus.L'histoire se passe dans la noirceur des terrils du Nord, dans la noirceur des mines de charbon.Michel a perdu son frère Joseph dans la catastrophe du 27 décembre 1974 qui tua 42 mineurs dans la fosse 3 bis de Lievin.Adulte, Michel va fuir ce Nord pendant des années, mais un beau jour, il revient.Ce livre n'est pas un livre sur la vengeance.Ce livre est un livre sur la colère et la culpabilité.Ce livre est tout en souffranceCe livre est un cri de rage ...Ce livre ... NE LE RATEZ PAS!.J'avais découvert cet auteur avec son roman " profession du père " que j'avais également beaucoup aimé.Une chose est certaine, je ne vais pas en rester là!!

  • Knit Spirit
    2018-12-02 00:06

    Michel est du Nord de la France, son frère a été tué par la mine et il a décidé de venger sa famille.Cet ouvrage m'a boulversée, "Le jour d'avant" est écrit à la 1ère personne et cela ajoute au tragique. Un livre coup de poing, coup de g***l*, coup de grisou. Un livre qui décrit le Nord des mines, la vie difficile des mineurs et qui met en parallèle un drame familial dont notre héros ne se sortira jamais. J'ai été comme giflée par le retournement de situation qui a lieu au milieu de l'ouvrage, je ne m'y attendais pas et ce fut un véritable choc. L'histoire prend alors un tournant complètement différent qui m'a profondément émue. Mon seul bémol : j'ai été un peu déçue par la fin que j'espérais autre.Le lecteur a une voix très agréable et rend l'histoire encore plus vivante (coup de coeur pour les expressions minières du Nord dites avec l'accent).En bref : à lire / écouter !

  • Laetitia
    2018-12-11 00:53

    Gros coup de coeur pour ce premier roman de Chalandon que je lis! Il m'a fallu un temps d'adaptation avec son écriture plutôt froide et cassante. Il n'y a pas d'émotions au premier abord, juste un cri de haine, d'injustice, et une soif de vengeance. Les liens fraternels sont très fort et m'ont beaucoup émue. Et puis en cours de route l'histoire prend une incroyable vitesse : je n'ai pas pu le lâcher! C'est un roman beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, qui aborde la culpabilité, le deuil, la perte. L'auteur paraît extrêmement touché par le sujet et par conséquence, fait preuve d'énormément d'humanité dans ce récit. En un mot, il m'a transportée.

  • Paraty62
    2018-11-22 19:04

    Un coup de coeur !Particulièrement touchée par cette histoire, j'habite près de Lens et mon grand père était mineur, ce livre rend un très bel hommage à ma région et surtout à ces hommes fiers et forts.Michel ,après la mort de sa femme, se retrouve seul et décide d'accomplir sa vengeance. En effet en 1974 la mine a tué son frère...Il retourne donc dans sa région d'origine qu'il avait quitté suite au drame qui avait coûté la vie à son frère mais aussi un an plus tard à son père et cherche les responsables du drame de la fosse 3 , 3 bis de 1974.Il y avait eu un procès à l'époque mais aucun responsable n'avait payé. Seul au monde, n'ayant plus rien à perdre Michel revit le drame et nous aussi par la même occasion ...Je ne vous en direz pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture mais sachez que c'est plus qu'une histoire de vengeance, il y a des retournements de situation , de l'histoire et beaucoup d'émotions...Je dirais juste un grand merci à l'auteur qui a su restituer l'ambiance et le caractère de ces hommes formidables et leur rendre un grand hommage avec son style simple et en même temps fort comme ses héros.Je vous recommande vivement la lecture de ce livre qui est pour moi l'un de mes gros coups de coeur de l'année.

  • Lucile
    2018-11-21 22:53

    J'ai eu du mal à m'accrocher à ce livre, mais l'attente en a valu la peine. Et la peine au sens propre comme au figuré, puisque j'ai tourné la dernière page en pleurs.Un beau titre de Sorj Chalandon, qui rend hommage avec pudeur aux 42 (ou 43?) mineurs morts le 27 décembre 1974 à Liévin et nous rappelle le sort oublié des mineurs de fond.Un titre touchant et surprenant qui repose sur un rebondissement inattendu.

  • Cédric Dubois
    2018-11-12 03:01

    Très bien écrit, là-dessus je donne un 10/10. J’ai eu des images de mon enfance dans le Pas-De-Calais plein la tête... Par contre je donnerais 7/10 à l’histoire de Michel Flavent, la toile de fond est grandiose mais le drame personnel et parfois drôlement amené. Je n’ai pas aimé le tout dernier paragraphe qui, comme le dirait le procureur général, m’a plutôt mis en colère. Bref, beaux effets, suspenses, surprises mais un personnage principale un peu dur à suivre sur la fin...

  • Marion Drouet
    2018-11-27 01:54

    Récit d'une famille dans le nord de la France dont tous les hommes vont travailler à la mine. Le frère du narrateur est mort à quelques jours d'un coup de grisou. Le narrateur nous laisse croire que sa mort est oubliée car plusieurs semaines après le coup de grisou. Or il est mort dans un accident de moto conduite à 2 avec son frère la veille Très intéressant sur la vie dans la mine les familles autour de la revanche qu'il cherche

  • Richard Odier
    2018-11-28 03:11

    Très grand tallent d'écriture chez ce sublime Sorj Chalandon.Histoires d homme(s), policière, judiciaire, folie, Economique et politique ; on trouve tout dans ce nouveau roman.Vision très sombre d'une époque et d'une région: le Nord et ses mines.Tout est noir sauf la couverture !Un très grand livre!

  • Alain
    2018-11-27 19:04

    roman social, provincial, ancré dans l'univers minier, sur la fierté d'y appartenir, mais surtout sur les conséquences des exigences de rentabilité. Habilité de l'écrivain, avec des effets de prétoires, des retournements de lecture, de l'introspection, de l'émotion à fleur de page et une immense humanité. juste magnifique.

  • Herisson08
    2018-12-09 20:52

    Le jour d’avant est un témoignage historique intéressant, un récit de vie touchant avec en plus une intrigue prenante et surprenante. Un très beau roman de cette rentrée littéraire 2017.http://delivrer-des-livres.fr/le-jour...

  • Anne
    2018-11-28 22:02

    Un très beau livre ,on pense que l'on va s'en lasser très rapidement au début et puis l'action ou plutôt l'émotion va crescendo pour finir dans une sorte de rêve éblouissant.Dans tous les cas un magnifique hommage aux mineurs

  • Abzalon
    2018-12-01 22:08

    Magistral! Sorj Chalandon n'a jamais eu le prix Goncourt, ce sera pour cette année. Quel claque.... bravo !!!

  • Anne VALENTIN
    2018-11-24 23:17

    Bouleversant !

  • Bladelor
    2018-11-21 00:58

    Un beau texte mais clairement pas mon préféré de l'auteur.

  • Ifmarybooks
    2018-12-03 03:12

    Mon coup de cœur de la rentrée littéraire 2017 ! Chronique ici : https://ifmarybooks.wordpress.com/201...

  • Tifanny (Ramona Lisa)
    2018-12-02 00:59

    Chronique complète ici : https://www.ramona-lisa-reads.com/sin...Hommage émouvant aux mineurs disparus, aux mineurs rescapés. Mélancolique et réconfortant à la fois.